EINSTEIN ALBERT (1879-1955).

Lot 815
12 000 - 15 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

EINSTEIN ALBERT (1879-1955).

L.S. avec ADDITIONS autographes, [Princeton] 12 mai 1936, à Rudi W. MANDL à Washington; 2 pages in-4 (fentes aux plis, légerès rousseurs); en allemand.
Importante lettre scientifique sur les effets de lentilles entre les étoiles et le phénomène de lentilles gravitationnelles, qui amènera Einstein à publier, sur l’insistance du jeune Mandl, un article pro- phétique dont les intuitions ne pourront être vérifiées qu’en 1979.[C’est sur l’insistance de Mandl qu’Einstein publiera son court, mais capital, article Lens-Like Action of a Star by the Deviation of Light in the Gravitational Field dans le numéro du 4 décembre 1936 de la revue Science.]
Il a bien calculé l’effet d’amplification de Mandl. Suit une liste de données (les symboles sont ajoutés à la main par Einstein) : D est la distance entre l’observateur et une étoile détournée, √0 le rayon de l’étoile, etc. Einstein inscrit alors de sa main diverses formules de calcul. Un renforcement significatif a lieu lorsque x est plus petit que l. […] L’intensité devient alors infinie dans la ligne centrale […]. Pour une étoile quasi fixe, l devient à peu près égal à 10 secondes lumineuses. Le renforcement est donc limité à une zone très étroite. Si elle est de 10, la largeur de la zone n’est que d’environ une seconde de lumière, c’est-à-dire à peu près égale au diamètre du soleil. Il est curieux que l augmente comme √0, de sorte que l’effet d’une étoile plus éloignée est plus grand que celui d’une étoile plus proche. Après tout, il y a probablement plus de chance d’observer occasionnellement cet effet de renforcement que l’effet de halo, dont ils ont parlé précédemment. La probabilité est en général très faible de pouvoir observer un phénomène qui ne dure que quelques heures. Les spéculations fantastiques de Mandl relatives à ce phénomène tourneraient en dérision les astronomes rationnels. Il le met en garde dans son propre intérêt contre une telle publication. D’autre part, il ne voit pas d’objection à une publication modeste d’une déduction des deux formules caractéristiques pour l’effet de halo et l’effet de renforcement...
« Ich habe Ihren Verstärkungseffekt genauer ausgerechnet. Folgendes ist das Resultat:
D   Distanz des Beschauers vom ablenkenden Stern √    0  Radius des ablenkenden Sterns
A0  Lichtablenkung eines an dessen Oberfläche vorbeigehenden Lichtstrahles
X  Distanz des Beobachters von der Verbindungslinie der Mittelpunkte des emittierenden und ablenkenden Sternes.
G  Verstärkungsfaktor für das Licht des emittierenden Sternes. […] Eine bedeutende Verstärkung findet statt, wenn x gegen l klein ist. […]
Die Intensität witd also bei den gemachten Vernachlässigungen in der Zentral-Linie unendlich. […] Sonderbar ist, dass l wie √0 zunimnt, sodass die von einem ferneren Stern herrührende Wirkung grösser ist als die von einem näheren.
Immerhin ist wohl mehr Chance vorhanden, diesen Verstärkung-seffekt gelegentlich einmal zu beobachten als den “Hof-Effekt”, von dem wir früher gehandelt haben. Aber die Wahrscheinlichkeit, dass wir so genau in die Verbindungslinie der Mittelpunkte zweier sehr verschieden entfernten Sterne hineinkommen, ist recht gering, noch geringer die Wahrscheinlichkeit, dass das im Allgemeinen nur wenige Stunden währende Phänomen zur Beobachtung gelangt.
Ihre an das Phänomen geknüpften phantastischen Spekulationen würden Ihnen nur den Spott der vernünftigen Astronomen eintragen. Ich warne Sie in Ihrem eigenen Interesse vor einer derartigen Veröf-fentlichung. Dagegen ist gegen eine bescheidene Publikation einer Ableitung der beiden charakteristischen Formeln für den “Hof-Effekt” und den Verstärkungs-Effekt nichts einzuwenden »…
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue