MILHAUD Darius (1892-1974). MANUSCRIT MUSICAL…

Lot 1191
20 000 - 25 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 26 000 €

MILHAUD Darius (1892-1974). MANUSCRIT MUSICAL…

MILHAUD Darius (1892-1974).
MANUSCRIT MUSICAL autographe signé, Concertino d’Automne (1951) ; 41 pages in-fol.

Partition d’orchestre de ce délicieux Concertino d’Automne pour deux pianos et petit ensemble.
Le Concertino d’Automne est une commande des pianistes américains Arthur GOLD (1917-1990) et Robert FIZDALE (1920-1995), un des meilleurs duos à deux pianos. Milhaud l’a composé à Mills à la fin de mars 1951. Ayant composé en 1934 un Concertino de Printemps pour violon (op. 135), Milhaud décida de compléter la série en écrivant peu après cet opus 309 un Concertino d’Été pour alto (op. 311), puis en 1953 un Concertino d’Hiver pour trombone (op. 327), qu’il rassembla dans un cycle intitulé Les Quatre Saisons.
Le Concertino d’Automne (op. 309) est donc écrit pour deux pianos et un petit ensemble de neuf instruments : flûte, hautbois, 3 cors, 2 altos et un violoncelle. Il dure une dizaine de minutes. Il fut créé au Town Hall de New York le 19 décembre 1951 par Gold et Fizdale, qui l’enregistrèrent peu après. Il fut publié en 1952 chez Heugel.
« Les huit instruments tissent la toile de fond mélancolique sur laquelle les deux pianos brodent leurs cantilènes et leurs divertissements ; mais bientôt le lyrisme puissant de Milhaud et l’enthousiasme qui le saisit toujours lorsque sa musique, la moins impressionniste qui soit, retrouve le ton des Géorgiques, lui font célébrer joyeusement l’opulence et l’éclat de la saison. La conclusion de ce poétique Concertino est comme un adieu paisible aux derniers jours ensoleillés, à l’orée de l’hiver. Le chant très lié, expressif, dépouillé des deux pianos, la gamme ascendante aux sonorités brouillées, l’ultime dessin du cor relayé par le hautbois apportent à la douceur de l’automne un arrière-goût de mélancolie. Par la variété de son inspiration mélodique, par le dosage subtil des timbres, l’équilibre des claviers et des huit instruments, le Concertino d’Automne est une des réussites absolues de Milhaud » (Jean Roy).
Le manuscrit pour les deux pianos et le petit orchestre est noté à l’encre noire sur papier fin américain Maestro à 20 lignes ; il porte en tête la dédicace : « à Arthur Gold et Robert Fizdale » ; il est signé et daté en fin « Mills 3 Avril 1951 ».
Discographie : Geneviève Joy, Jacqueline Bonneau, Solistes des Concerts Lamoureux, Darius Milhaud, 1958 (Accord 2001).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue