SCHMIED FRANÇOIS-LOUIS (1873-1941) - MARDRUS JOSEPH-CHARLES (1868-1949)

Lot 168
50 000 - 70 000 EUR
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 EUR
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

SCHMIED FRANÇOIS-LOUIS (1873-1941) - MARDRUS JOSEPH-CHARLES (1868-1949)


Histoire de la princesse Boudour. Conte des mille et une nuits.
Paris, [F.-L. Schmied], 1926. In-4, maroquin bleu, dos à 2 larges nerfs plats, composition mosaïquée, filetée et avec rehauts de peinture sur le premier plat, décor de filets dorés courant sur les plats, le dos et l'encadrement intérieur, doublures et gardes de soie bleue brochée de motifs floraux dorés, tranches dorées, chemise, étui, et couverture conservés (Creuzevault). (Quelques frottements à l'étui).
Édition originale de la plus grande rareté, tirée à seulement 20 exemplaires numérotés sur japon. Splendide illustration en couleurs de François-Louis Schmied: environ 50 bois dont 18 de très grande taille, dans le texte, tous gravés par ses soins et rehaussés de couleurs à la main dans les ateliers de laquage de Jean Dunand; près de 300 lettrines et bouts de lignes à la main dans le texte, dans des harmonies de couleurs variant selon les pages, avec rehauts d'or ou de blanc, traçant des motifs géométriques ou érotiques.
Exemplaire enrichi d'une magnifique aquarelle érotique originale, signée «FL Schmied», avec la mention autographe «pour Boudour». 184 x 120 mm, avec rehauts d'or et d'argent, sous cache de papier japon. Elle représente les deux amants du livre, Boudour et Kamaralzamân. «La Princesse Boudour est regardée par ceux qui savent voir, comme le livre capital de ce premier quart de siècle. Par sa graphie et sa technique générale, elle est une exception préméditée dans le faire de son auteur. Pour la réaliser, il s'est véritablement amusé, cette fois - en tant que lecteur enthousiaste des Mille nuits et une nuit - à commenter graphiquement le texte qu'il connaît si bien et dont il est comme imbibé [...]. Il nous a [...] octroyé le délectable cadeau de trois cent quatre-vingt-dix vignettes et en couleur, et toutes différentes, et qui se rapportent au texte [...]. Et cette munificence schmiedienne n'est-elle pas, en définitive, l'exaltation de notre modernité, et en conformité avec nos goûts, du faire des imagiers incomparables de l'Orient ? [...]. Avec quel attendrissement, avec quelle passion sourde et contenue, qui n'appartient qu'à lui, il a rendu, au moyen des fragiles outils du graveur et du coloriste, la grâce masculine des adolescents, et la tendre chair de banane des radieuses jouvencelles ! [...] Je pense que s'il fallait absolument appliquer une épithète au sourire des adolescentes schmiediennes, et même à celui des adolescents, rien ne leur conviendrait mieux que le mot ambigü... Une atmosphère de pures délices enveloppe cette oeuvre boudourienne, multiple, voluptueuse, spirituelle, et d'une telle essence d'authentique Orient qu'elle nous fait vraiment respirer tous les parfums de l'Arabie.» (Préface du catalogue de l'exposition Schmied à la galerie Arnold Seligmann Rey à New York, mars 1927, pp. 34-37).
Superbe reliure de Creuzevault représentant le palais de l'île d'Ébène, détail de l'illustration de Schmied (feuillet 81 du volume).
Exemplaire des plus désirables.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue